LE BAL DES ABSENTES, de Julie Boulanger et Amélie Paquet

« Je suis souvent très émue en lisant les rédactions de mes étudiant.e.s. On pourrait m’accuser d’être trop sentimentale, mais je suis vraiment bouleversée de penser que la plupart d’entre eux n’auront plus, après le cégep, l’occasion de s’exprimer par écrit. Je me sens même privilégiée de pouvoir les lire. On serait étonné de constater à quel point dans leurs rédactions ils racontent toutes sortes de choses. Cet espace de parole, pour des gens qui n’écrivent pas régulièrement, est sacré. Évidemment, on devinera à travers mes mots que je ne suis pas le genre de prof qui envoie des perles de correction par courriel à ses collègues ou qui en publie sur Facebook. Je suis même vertement contre c

LE BAL DES ABSENTES, de Julie Boulanger et Amélie Paquet

Je suis en train de lire Le bal des absentes, de Julie Boulanger et Amélie Paquet. Je savais que le livre était pertinent, dans la mesure où il était rédigé par deux profs de cégep qui s’étaient donné la mission de rendre aux œuvres écrites par des femmes la place qui leur revient dans des corpus systématiquement dominés par les hommes. Je ne m’attendais pas, toutefois, à être autant conquis par cet ouvrage vibrant d’intelligence et de sensibilité qui nous propose un regard profondément ouvert, empathique sur la littérature, celles qui la font, et ceux et celles qui la lisent. Au-delà de son parti pris pour l’écriture des femmes (en lui-même fort louable), ce livre est d’abord et avant tout

LE CRI DE LA SOURDE, de Sylvie Nicolas

« D'un seul coup, à cet instant précis, avec la puissance des Grandes Mers, ou celle présidant à la montaison des saumons, la poésie entrait en toi, loin de l'épanchement sur les textes, du désir nostalgique de romance, étrangère à toute représentation que tu te faisais des poèmes lus à voix haute, pour installer dans ton sang ce mystérieux pont qui relie le visible et l'invisible, l'immensément grand et l'infiniment petit, le silence et le langage, les mots et leur sens. » (p. 215)

À la une
Publications récentes
Archives
Catégories
Mots-clés

© 2018 par Gabriel Marcoux-Chabot