HOMO SAPIENNE, de Niviaq Korneliussen

Il y a plusieurs raisons de s’intéresser à Homo sapienne, de Niviaq Korneliussen. Premier texte d’une jeune auteure inuite, premier livre groenlandais à véritablement franchir les frontières de l’île (du moins, il me semble), roman d’une génération, œuvre queer, c’est surtout, à mon humble avis de lecteur, un admirable cri du cœur, un formidable cri du corps. Profondément incarnés, intensément vivants, les cinq personnages dont les destins croisés forment la trame du roman nous touchent dans leur maladresse et leur sincérité. Dans l’atmosphère étourdissante des nuits de Nuuk, d’une fête à l’autre, d’un corps à l’autre, ils cherchent leur voie. Leurs craintes, leurs désirs, leurs doutes et le

À la une
Publications récentes
Archives
Catégories
Mots-clés

© 2018 par Gabriel Marcoux-Chabot