6/4/2016

« il n’y aura pas de recueil
juste une longue plainte
un bredouillement d’animal mourant
dans la steppe

qu’un long râle coagulé dans la nuit

il n’y aura pas de recueil
mais l’orgueil d’une voix
qui refuse de fermer la champlure »

6/4/2016

Poésie d’un homme hanté par son territoire, sa faune, sa flore et son histoire.
Poésie d’un appétit trop vaste pour ce temps de bêtes bridées.
Poésie tenace de l’habitant révolté.

1/4/2016

« de 9 à 5
mes rêves ont de la moulée plein leur bol
et secouent leur chaîne
pour se dégourdir »

(p. 67)

25/12/2014

« Tu peux bien parler
tu n'as plus que quelques mots de retard sur ta voix

bouge les meubles

on ne se libère pas comme ça d'un hiver de plomb
on mijote longtemps
dans son jus avant d'accoucher de révoltes

chacun dans sa brique à forger des tisons
chacun dans sa plaie
on ouvre peu à peu les paupières...

Please reload

À la une