LA SCOUINE

d'après Albert Laberge

 

roman

La Peuplade

2018

La Scouine, c’est une vie noyée de silence, la solitude, l’incommunicabilité ; c’est un désir enfoui, réprimé, un désir qui, malgré tout, cherche à s’exprimer. C’est le vertige qui nous saisit devant la troublante étrangeté de notre propre intériorité. La Scouine, c’est un roman centenaire d’Albert Laberge revisité par un auteur qui n’a pas craint d’en explorer les zones d’ombres et les tensions implicites, une œuvre de chair et de sang, à la fois cruelle et sensuelle, un chant obsédant d’une féroce beauté.

 

2017

Mention spéciale du jury

VIIIes Jeux de la francophonie

BLOCMÉMOIRE

avec la collaboration d'Anne-Marie Beaudoin-Bégin

nouvelle

Littérature de la Sagamie

2017

Récit poignant d'une étrange cérémonie, Blocmémoire plonge le lecteur dans un monde où seuls l'amour, le courage et la solidarité permettent aux homme et aux femmes de préserver leur culture et leur identité. Rédigé dans une langue qui n'existe pas encore, ce texte hors-norme a reçu une mention spéciale du jury lors des VIIIe Jeux de la francophonie (Abidjan, 2017).

 

2016

Prix Ringuet

Académie des lettres du Québec

 

TAS-D'ROCHES

 

roman

Druide

2015

Ce livre est la chronique extraordinaire et véridique d’un village où le ciel est plus clair qu’ailleurs, les femmes plus belles et les hommes plus larges et plus forts : Saint-Nérée terre ashini royaume shatshitun sis en bellechassoise contrée. C’est l’histoire d’un héros comme il ne s’en fait plus, champion de fond de rang, géant de rurale appartenance, dont les horribles faits et prouesses épouvantables marquèrent à jamais sa région. Un roman de grand courage et de haute trahison, un hymne au sexe cru, à l’éternel enchevêtrement des langues, peaux tambours corps assoiffés, ivresse aimun une orgie de mots : un buffet bien arrosé.

 

L'EXISTENCE ACROSTICHE

contient un poème de François Dumont

poésie

Édition privée

2015

Un sonnet de vingt-huit pages. Un texte en alexandrins. Un poème auquel se mêlent les bruits du quotidien. Un bulletin de nouvelles de Radio-Canada. Les voix du fils, de la fille, de l'amoureuse. Celle du poète, enfin. Une tentative pour affirmer son identité singulière à travers les mots de ceux et celles qui constituent sa raison d'être et d'exister. Une œuvre originale, à la fois expérimentale et personnelle. Un livre rare, tiré à 75 exemplaires numérotés et signés par l'écrivain.

2009

3e prix au concours annuel du CEULa

Cercle d'écriture de l'Université Laval (CEULa)

 

LE CHIEN

 

nouvelle

dans Pouceux, 60 récits de bord de route, 2014

et L'écrit primal, no 40, 2009

 

Après avoir abandonné sa voiture en panne au bord de la route, le narrateur, un Québécois en voyage au Nouveau-Brunswick, est secouru par homme affable qui accepte de le conduire au garage le plus proche. Le bon samaritain est anglophone, cependant, et la communication entre le conducteur et son passager se révèle particulièrement ardue. Lorsque, après bien des efforts de part et d'autre, le narrateur comprend enfin la véritable nature du travail de son sauveur, quelque chose en lui se brise définitivement.

 

NIPIN

poésie

dans Milieu(x), no 1

2013

Poème dans lequel l'innu-aimun et le français conjuguent leurs sonorités afin de donner à voir, à sentir et à goûter les menus agréments d'une chaude journée d'été.

«nipin ils marchent nipinashpishu ils vont à demi nus minu-tshishikashu ils marchent nipinashpishu minu-tshishikashu sous le chaud soleil d’une chaude journée d’été tshishiteumashtau chuchotements de leur peau au mois des fleurs parmi les fleurs uapikun-pishim ils sont fleurs et cherchent la chaleur»

 

EXPÉRIENCE DE L'HOMMAGE

poésie

dans Le crachoir de Flaubert

2013

Série de 100 courts poèmes inspirés de l’Hommage à Rosa Luxemburg de Jean-Paul Riopelle. Textes écrits dans le cadre de la Tentative d’épuisement d’une oeuvre de Riopelle organisée par Le crachoir de Flaubert et tenue au Musée National des beaux-arts du Québec le 5 avril 2013, pendant la Nuit de la création.

«on dirait d’abord une marmotte un poisson c’est un phoque sans doute une hirondelle elle s’étonne elle-même de ces attributions»

« Un livre pour le plaisir des sens ! […] En plus de bien écrire, [l’auteur] a un sacré coup de pinceau. »

Didier Fessou, Le soleil

LE RIRE DU FOU

poésie

La nef des fous, 2011

De Courberon, 2004

Le rire du fou met en scène un personnage étrange et fascinant. Un fou, un vagabond, diraient certains. Un sage, diraient d’autres. À peine arrivé aux portes de la ville, le voilà pris d’un inextinguible fou rire. Intrigué, le gardien de la cité l’interroge. Alors, par le biais de réflexions où les images et les métaphores abondent, le fou expose sa vision du monde.

La deuxième édition, augmentée de plusieurs textes et agrémentée de photos couleur et noir et blanc, présente environ deux fois plus de contenu que la précédente.

 

2011

1er prix au concours annuel du CEULa

Cercle d'écriture de l'Université Laval (CEULa)

THÉSÉE & CIE

texte écrit grâce à l'implication d'Éric Fournier,

Maxime Fournier et Francis Gagnon

 

nouvelle

dans L'écrit primal,  no 44, 2011

et Au fil des événements, vol. 46, no 28, 2011

Nouvelle en forme de dialogue entre des personnages jamais identifiés, ce texte entraîne le lecteur au cœur d'un labyrinthe de pierres et de mots dont il arrivera, on l'espère, à trouver la sortie.


«– En bas d’l’escalier, ça tournait pas à droite ?
– Ça tournait à gauche !»

 

« Qu’un premier livre surgisse sans défauts, rythmé par une écriture précise, souveraine et sans failles, qu’il interpelle en chacun de nous le noyau le plus profond, est un événement assez rare pour mériter d’être souligné. »

Denys Néron, Quartier Montcalm

IL TOMBE DES ANGES

drame poétique pour comédiens de chair et de bois

roman

De Courberon

2007

Une ville, grise, comme le sont toutes les villes dans l’imaginaire de ceux qui écrivent des poèmes. Dans la ville, parmi la foule des somnambules, un marionnettiste, réinvente le monde à sa manière. Lorsque sa route croise celle d’un rêveur révolté, il croit reconnaître en lui l’héritier d’une légende ancienne, capable de donner sens à sa vie. Mais voilà qu’une petite fille en robe rouge traverse son univers, apportant avec elle des images d’une beauté fascinante. Alors, le marionnettiste se met à fabriquer des rêves impossibles qui l’entraînent au bord du gouffre qui l’isole de celui qui l’aime et de celle qui aurait pu l’aimer.

 

ISABELLE

 

nouvelle

dans Brèves littéraires, no 70

2005

 

Sur une plage de la Gaspésie, un homme fait la rencontre d'une femme aux yeux verts et au sourire engageant. L'histoire brève d'un amour éternel et sans lendemain.

«Tu la reverras peut-être, dans quelques années, à la terrasse d’un café ou à la sortie d’un cinéma, tenant enlacé un homme dont tu ne veux pas connaître le nom, murmurant à son oreille des mots que tu préfères ignorer. Peut-être alors auras-tu changé, peut-être une autre femme t’aura-t-elle appris à aimer.»

 

© 2018 par Gabriel Marcoux-Chabot