LE POÈME EST UNE MAISON DE LONG SÉJOUR, de Normand de Bellefeuille

15/11/2014

J'aime la poésie, et j'aime la lire à mi-voix, confortablement, dans le presque silence de mon appartement.
 

Ce soir, grand luxe dans un automne occupé, je me plonge dans le dernier recueil de Normand de Bellefeuille. Et c'est ainsi que, dans un murmure continu, j'en arrive au 136e poème:
 

« le poème n'établit sa clarté
que dans un murmure perpétuel
de même on parle bas
devant un mort
de même le poème
préfère être lu à demi-voix »


Étrange sentiment d'adéquation.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Aimer cette publication
Please reload

À la une

HOMO SAPIENNE, de Niviaq Korneliussen

8/1/2018

1/3
Please reload

Publications récentes