À NOS AMIS, du Comité invisible

« Il n’y a pas de vide, tout est habité, nous sommes chacun d’entre nous le lieu de passage et de nouage de quantités d’affects, de lignées, d’histoires, de significations, de flux matériels qui nous excèdent. Le monde ne nous environne pas, il nous traverse. Ce que nous habitons nous habite. Ce qui nous entoure nous constitue. Nous ne nous appartenons pas. Nous sommes toujours-déjà disséminés dans ce à quoi nous nous lions. » (p. 43) « La logique de l’accroissement de puissance, voilà tout ce que l’on peut opposer à celle de la prise de pouvoir. Habiter pleinement, voilà tout ce que l’on peut opposer au paradigme du gouvernement. » (p. 166)

À la une
Publications récentes
Archives
Catégories
Mots-clés

© 2018 par Gabriel Marcoux-Chabot