FRAYER, de Marie-Andrée Gill

« nos rêves sentent la boucane et dessinent un voilier d'oies blanches sur le plafond des possibles

j'ai dans le ventre un ski-doo la nuit sur l'asphalte avec toutes les étincelles que ça peut faire »

(p. 53)

À la une
Publications récentes
Archives
Catégories
Mots-clés

© 2018 par Gabriel Marcoux-Chabot