TAQAWAN, d'Éric Plamondon

« Quand les chiens sont lâchés, quand on donne le feu vert à des sbires armés en leur expliquant qu'ils ont tous les droits face à individus désobéissants, condamnables, délinquants, quand on fait entre ces idées dans la tête de quelqu'un, on doit toujours s'attendre au pire. L'humanité se retire peu à peu. Dans le feu de l'action, la raison s'éteint. Le cerveau reptilien reprend le dessus. Que l'on soit soldat, gardien de prison ou policier, l'entraînement primordial est celui qui a pour but d'effacer le libre-arbitre. Il faut savoir répondre aux ordres sans penser. [...] Alors quand on lâche une bande de gars de Québec dans une réserve, ça finit avec des côtes cassées et des épaules luxées - au mieux. » (p. 15)

À la une
Publications récentes
Archives
Catégories
Mots-clés

© 2018 par Gabriel Marcoux-Chabot