LE CRI DE LA SOURDE, de Sylvie Nicolas

18/9/2017

« Enfants, tu le crois, nous possédons le pouvoir de l'insouciance. Nous ignorons que les mots, en vol plané autour de nos têtes occupées aux jeux les plus anodins, déposent en nous de féconds sédiments et que, en temps voulu, ils remonteront à la surface. Leur périple, si on veut bien l'envisager ainsi, s'apparente peut-être à la montaison des saumons sauvages, à la mystérieuse odyssée qu'ils entreprennent avant de revenir vers les galets de leurs origines. Car comment expliquer autrement que l'histoire de La Sourde et les restants de celle de Barthélémy s'ancrent à ta mémoire après tout ce temps écoulé, sinon en considérant que les paroles restées en dormance possèdent un élan clandestin assez puissant pour forer le chemin de leur résurgence? »

(p. 31)


« Tu comptes sur l'élan de tes visées obscures. »

François Dumont, Brisures, poème 6.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Aimer cette publication
Please reload

À la une

HOMO SAPIENNE, de Niviaq Korneliussen

8/1/2018

1/3
Please reload

Publications récentes