AMOUR CARDIAQUE, VIANDES HACHÉES ET AUTRES TENDRESSES, d'Edmé Étienne

« Notre société a consacré l’obscénité avec les semences stériles de la diarrhée transgénique capitaliste.

Ça fait une éternité que les scientifiques travaillent à créer le corps d’une femme-tronc, sourde, aveugle et muette pour satisfaire les besoins du marché de l’esclavage sexuel deluxe.

Certains commentateurs parlent d’une révolution dans le domaine de la santé mentale. La réalité industrielle pathologique est un marché à violer la terre et le ciel. Le reste des émanations sont de bonnes intentions de politiciennes(ens) qui crachent sur le corps lacéré de la Christe.

Si le concept de viande sociale ne vous pue pas encore à la gueule, ne pensez plus à la mort qui fauche ni à la conscience qui exulte, souffre et suffoque. On vous paiera avec le fric de l’ignorance et avec la nature mâtée par la force.

Il est normal que dans une société où la loi ainsi que tout ce qui existe est à vendre au plus offrant, la Poésie et le Rêve soient relégués au confort des latrines et de l’esclavage par une justice n’ayant de juste que le confort du mot.

Aussi, notre lutte à nous, rêveuses(eurs) est-elle temporairement vouée à vivre dans la réclusion de l’extrême-marge où l’on fomente de temps à autre le Rêve, la Poésie, l’Amour et l’Anarchie en rupture corporelle et spirituelle contre une réalité violemment établie et perverse.

Nos armes dérisoires sont la Poésie radicale et le corps noirci de nos libertés sauvages. »

À la une
Publications récentes
Archives
Catégories
Mots-clés

© 2018 par Gabriel Marcoux-Chabot