SUR L'AUTRE VERSANT, de Mathieu Simoneau

« Tu peux bien parler tu n'as plus que quelques mots de retard sur ta voix bouge les meubles

on ne se libère pas comme ça d'un hiver de plomb on mijote longtemps dans son jus avant d'accoucher de révoltes

chacun dans sa brique à forger des tisons chacun dans sa plaie on ouvre peu à peu les paupières de l'aube »

(dans Tailler les mammifères suivi de Sur l'autre versant, p. 51)

À la une
Publications récentes
Archives
Catégories
Mots-clés

© 2018 par Gabriel Marcoux-Chabot